Carnet de bord de la Choisille

C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Se dit lorsqu’une personne se moque de quelqu’un ou le critique alors que ses défauts sont semblables ou pires.
Au XVIIe siècle, les hôpitaux étaient gérés par des ordres comme les Frères de la Charité ou les Soeurs de la Charité, ce qui revient à dire que les hôpitaux et la charité sont la même chose.
– Roland se moque toujours de Pierre. Il lui dit qu’il ne sait pas s’habiller.
– C’est l’hôpital qui se moque de la charité. Il a toujours des habits trop grands.

Poster un commentaire »

Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs

Il faut faire les choses dans l’ordre et ne pas être trop pressé si on ne veut pas rencontrer de difficultés.
Cette expression du XVIe siècle fait référence au repos du paysan qui démontait la charrue pour la mettre devant les boeufs à la fin de son labeur. On ne peut donc pas mettre la charrue avant les boeufs au début de son labeur.
– J’aimerais déménager de cet appartement, il est trop petit.
– Ne mettons pas la charrue avant les boeufs. Trouve d’abord un travail et après nous déménagerons.

Poster un commentaire »

On n’est jamais trahi que par les siens

Ce sont les gens qui nous sont les plus proches qui nous trahissent.
– Marc, mon meilleur ami, a dit à mon patron que j’avais utilisé la voiture de société pendant le week-end. J’ai eu un avertissement.
– On n’est jamais trahi que par les siens.

Poster un commentaire »

Charité bien ordonnée commence par soi-même.

Si on veut aider les autres, il ne faut pas s’oublier soi-même.
Il faut corriger ses défauts avant de critiquer ceux des autres.
– Maintenant que je travaille moins, je vais pouvoir donner des cours de soutien aux enfants en difficulté.
– Charité bien ordonnée commence par soi-même. Tu devrais t’occuper un peu plus de ton petit garçon qui ne t’a pas beaucoup vu ces derniers temps.

Poster un commentaire »

L’union fait la force

On est plus forts à plusieurs que tout seul.
– Pendant cinq ans j’ai demandé à la mairie d’aménager les trottoirs aux passages piétons pour pouvoir traverser avec mon fauteuil roulant. On n’a jamais répondu à ma demande.
Récemment, je me suis inscrit dans une association pour handicapés et nous avons fait signer une pétition. Nous avons été reçus par le maire et le projet d’aménagement des trottoirs a été voté au conseil municipal.
– L’union fait la force. C’est toujours plus facile que tout seul.

Poster un commentaire »